Conception du programme

VOUS concevez le programme !

Chez Nouvelle Donne, ce sont les adhérents qui sont directement en charge de construire le projet de société porté par le mouvement. Ainsi chacun a la possibilité de rejoindre une Commission thématique et de participer à ses travaux, de les développer ou de travailler sur proposer de nouvelles thématiques non encore traitées.

Vous trouverez ici la liste des premières Commissions thématiques de Nouvelle Donne, leurs objectifs ainsi qu’une adresse pour les contacter.
Vous pouvez également débattre, discuter et partager au sujet des commissions thématiques sur notre forum (espace réservé aux adhérents).

Des Commissions sont constamment en cours de création, la liste va s’allonger rapidement ! Pensez à repasser régulièrement.

Retrouvez la liste des Commissions ci-dessous. Si vous avez besoin de plus d’informations, écrivez au conseil programmatique

Le périmètre couvert par les commissions !

Les commissions peuvent épouser le périmètre d’un ministère, comme la CTN Culture celui du ministère éponyme, ou la CTN Questions internationales celui du ministère des Affaires étrangères.
D’autres sont transverses, s’assurant que les travaux programmatiques prennent bien en compte les besoins qu’elles défendent, telles la CTN Égalité des genres ou la CTN Inégalités.
Les CTN listées ci-après ne couvrent pas l’ensemble des domaines que pourra aborder le programme de Nouvelle Donne, aussi est-il possible d’en créer d’autres, sous réserve que :
1. la demande soit formulée par un minimum de dix participants ayant au minimum six mois d’ancienneté dans Nouvelle Donne ;
2. le thème de la CTN suggérée ne puisse pas faire l’objet d’un sous-thème des CTN existantes ;
3. cette création soit pleinement au service de la définition du programme de Nouvelle Donne, et respecte sa charte éthique.

Biens communs – Connaissance ouverte

La CTN relative aux biens communs et connaissances ouvertes traite un périmètre très étendu, avec des zones de superposition évidentes avec d’autres commissions. C’est ce qui en fait sa force, autant que sa faiblesse… et qui explique sans doute la difficulté de réunir des militants autour de ces travaux et de structurer les travaux eux-mêmes.

Deux axes sont inscrits dans le champ de réflexion de cette commission :

Les biens communs sont étudiés d’abord dans leur définition intrinsèque, c’est-à-dire des non-biens (savoir, connaissance, culture, logiciels sous licence GNU-GPL, images et musiques sous licence Creative commons…) ou des biens (eau, bois…), qui sont non-excluables (impossible d’exclure des utilisateurs de son usage, comme l’air qu’on respire), mais qui porte un caractère de rivalité (c’est-à-dire qui subit une pression des usages, telle qu’une réserve de pêche dans les océans, ou la bande passante du réseau internet).
C’est surtout le résultat d’une décision collective, par une communauté concernée par celui-ci qui s’organise autour de règles et normes pour sa gestion durable.
 
Mais ils sont appréhendés surtout dans leur définition politique, l’un étant lié à l’autre, à savoir un objet défini par une communauté concernée par cet objet (c’est-à-dire ce bien) commun, de même que des règles et normes définies par la communauté elle-même pour la gestion de ce commun.
Dans ce périmètre, le mode de gestion de certains biens devient un choix de société, ainsi que l’illustre l’extension du domaine de la brevetabilité à des plantes traditionnelles cultivées depuis longtemps, ainsi que les résistances sociales qui en découlent.
Les connaissances ouvertes sont étudiées à part, tout en étant partie intégrante de la réflexion sur les biens communs.

Ce choix s’inscrit dans un contexte particulier où le numérique ouvre de nouvelles perspectives en la matière, et conditionne aussi la valeur intrinsèque de la connaissance en tant que bien non-matériel.

Mais pas que… le sujet des connaissances ouvertes pouvant investir l’open data autant que les brevets internationaux et les droits libres, les savoirs en ligne autant que les pratiques ancestrales.
En filigrane, notre CTN s’intéresse à un nouveau mode de penser l’émancipation et la démocratie, et au-delà, le bien vivre ensemble.

Nos premiers axes de travail
A ce stade, les travaux se concentrent sur quelques sujets ou problématiques identifiés et proposés par les premiers militants ayant rejoint la commission :

  • comment diffuser la théorie des (biens) communs, comment l’expliquer pour une large compréhension et une large adhésion ;
  • comment contribuer à la production des connaissances ouvertes et logiciels libres,
  • comment expérimenter une charte de gouvernance des (biens) communs, à l’instar de ce qui est fait notamment à Bologne (Italie),
  • mettre en place un il’Ô Commun(s), dans un lieu propice, qu’il faut trouver (un il’Ô est un lieu en zone urbaine de type oasis, permettant de se faire rencontrer et de rassembler les gens autour des communs dans la convivialité).

Mais seront les bienvenues toutes les autres propositions, en même temps que de nouvelles énergies pour investir le périmètre.
L’appel est donc lancé !


Nous contacter
Culture

La Commission Thématique Nationale Culture s’est créée dans la foulée des Journées d’Été d’Amiens en 2014. Tous les travaux et réflexions que la commission mène avec les adhérents ont pour objectif l’élaboration d’un projet pour Nouvelle Donne.

Notre commission est convaincue qu’il ne peut y avoir de transformation de la société sans la culture. Car non seulement la culture est un droit fondamental inscrit dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, mais elle est un Bien Commun qui est fait de références historiques et d’imaginaire partagé. La culture est l’élément constitutif du Bien Vivre-Ensemble.

Notre commission est bien consciente que la décentralisation a délaissé son ambition politique des débuts (de l’époque de la création des MJC), où le socio-culturel n’était pas méprisé au profit du culturel “pur” et de l’élitisme (il était alors un élément central de l’éducation populaire). Cet abandon conduit aujourd’hui à une déconnexion de la politique et de la culture. La culture a perdu son pouvoir mobilisateur.

Tous nos travaux sont orientés sur la création d’une Nouvelle Donne pour la culture, où l’éducation populaire serait au centre des préoccupations ; où l’artiste et le créateur seraient au cœur de la société, partageant toutes les actions et constructions avec les citoyens en marche ; où l’artiste et le créateur retrouveraient leur rôle politique, leur fonction de transmission, et dont les revenus ne seraient plus détournés par des multinationales déloyales.

Tous nos travaux sont consultables sur le forum : https://reseau.nouvelledonne.fr/forum/culture.html

Vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : commission-culture@nouvelledonne.fr


Nous contacterFiche d’identification

Démocratie, institutions, justice

 

 

 

 

La Commission « Démocratie, Institutions, Justice » (DIJ) s’attachera à réfléchir et à faire des propositions sur tous les sujets visant à raviver l’exercice de la démocratie, le bon fonctionnement de institutions françaises et européennes, la préservation et la promotion de l’État de droit, la probité dans la vie publique et l’égalité des citoyens devant la loi.

Voici une première liste (non exhaustive) des sujets qui sont abordés par la commission DIJ :

  • nouveaux principes de représentation et de décision (notamment utilisation du numérique, tirage au sort, démocratie directe, démocratie participative,…)
  • propositions de réforme institutionnelles et constitutionnelles pour la France
  • propositions pour un fonctionnement plus démocratique de l’Union européenne
  • promotion de l’éthique dans la vie politique
  • réforme de la justice

Nous contacter Fiche d’identification
Économie et Finance

Cette commission ambitionne de proposer des solutions à même de renforcer la solidarité et la justice au sein de la société tout en étant efficaces économiquement. Nos réflexions portent sur le développement d’une nouvelle croissance basée sur :

  •  une nouvelle donne écologique (cf : les travaux de la Commission Climat),
  • un nouveau partage du travail ( cf les travaux de la Commission Partage du travail),
  • un nouveau partage des richesses (cf notamment les travaux des Commission Revenu de base et Lutte contre les inégalités),
  • des nouvelles réglementations protectrices et équitables,
  • une nouvelle donne sur le plan des innovations et de l’économie de la connaissance
  • d’autres à venir…

Nous contacter
Éducation, formation et recherche

La commission Éducation et Formation est un lieu d’information, d’échanges et de débats autour des questions de l’éducation et de la formation. Elle a également pour objectif d’être une force de propositions politiques afin d’alimenter le programme de Nouvelle Donne.

La commission n’est pas réservée aux professionnels de l’éducation ; elle est ouverte à tous ceux qui pensent que l’éducation et la formation constituent des enjeux de société fondamentaux et qui souhaitent contribuer aux débats.

7 thématiques ont été créées à partir des échanges qui ont eu lieu lors des journées d’été : « les acteurs du système éducatif », « l’architecture institutionnelle du système éducatif », « école et inégalités sociales », « les contenus à transmettre », « l’orientation scolaire », « la pédagogie », « la formation (hors éducation nationale) ».

Ces sept thématiques doivent permettre aux membres de la commission de se répartir dans différents groupes de travail pour échanger, débattre, faire part de lectures intéressantes, mais aussi pour aboutir à des propositions politiques qui constitueront le fondement du programme de Nouvelle Donne dans les domaines de l’éducation et de la formation.

Il est possible de participer à cette commission nationale depuis n’importe où, qu’on soit en France ou à l’étranger. Il suffit d’avoir une connexion à internet et l’envie de participer !


Nous contacterAccès au forum (pour les adhérents)

Égalité des genres

 

 

La commission thématique « Égalité des genres » se donne pour objectif de réfléchir à des outils permettant de réformer notre société profondément normative car basée sur une domination masculine et hétérosexuelle. Il s’agit de proposer une nouvelle donne en la matière, afin que chaque individu – quel que soit son sexe, son genre, sa sexualité… – puisse vivre dans tous les domaines de la vie publique et privée : librement, en sécurité, et en toute égalité, c’est-à-dire non seulement en droit mais dans les faits.

A partir d’un inventaire des thèmes à traiter, nous avons défini 9 sous-commissions que vous trouverez ci-après (et dont vous pouvez obtenir le détail des thèmes par simple demande auprès de la commission thématique) :

  • Égalité des genres en politique
  • Égalité des genres dans la vie professionnelle
  • Égalité des genres et parentalité
  • Lutte contre les stéréotypes de genre
  • Égalité des genres et les violences
  • Égalité des genres et prostitution
  • Égalité des genres et droit à disposer de son corps
  • Égalité des genres et santé
  • Égalité des genres et lutte contre le racisme

Nous contacter Fiche d’identification

Environnement et soutenabilité

 

La Commission Thématique Nationale Environnement et Soutenabilité, initialement dénommée « Environnement » lors de sa création dans la foulée des Journées d’Été d’Amiens en 2014, compte plus de 300 contributeurs. Par le biais d’outils de travail collaboratif en ligne, et au fil de réunions physiques et téléphoniques, les adhérents produisent les propositions de programme de Nouvelle Donne qui composeront un programme complet, transverse, ambitieux de transition écologique (évolution des activités économiques pour aboutir à une société soutenable) :

* lutte contre le dérèglement climatique et adaptation aux changements déjà engagés
* transition énergétique pour décarboner l’économie et rendre la France indépendante
* révision des procédés dans les industries lourdes
* rénovation énergétique des bâtiments
* mutation du modèle agricole, rénovation du système agroalimentaire
* restauration des sols
* protection de la biodiversité
* gestion circulaire des ressources, matériaux, déchets et pollutions
* gestion responsable de l’eau (eaux de surface et aquifères)
* intégration de nouveaux enseignements dans l’éducation et la formation professionnelle
* actions de sensibilisation
* réflexions sur les modes de production et de consommation
* réduction des gaspillages
* développement d’un tableau de bord d’indicateurs écologiques, humains et économiques, quantitatifs et qualitatifs
* fiscalité écologique
* mise à jour des modèles macroéconomiques utilisés par les institutions françaises (intégration de la déplétion des ressources, du rôle prépondérant de l’énergie et notamment du pétrole, des externalités néfastes, des pollutions, de la baisse du taux de retour énergétique général, des boucles de rétroaction positives…)
* réinvention des agglomérations
* aménagement des territoires
* réseaux de transport innovants
* nouvelles institutions chargées d’intégrer aux décisions publiques les externalités écologiquement et humainement négatives, et les implications de long terme
* programme d’évaluation de la résilience des territoires et de leur dépendance en ressources et en énergie
* développement de l’économie de fonctionnalité
* caractérisation des résistances au changement et élaboration de stratégies pour les vaincre

Une sous-commission Condition animale étudie la question de notre rapport au non-humain. Thèmes spécifiquement développés à l’heure actuelle :

* élevage
* commerce
* alimentation
* animaux de compagnie
* auxiliaires de travail
* faune sauvage
* expérimentation animale
* spectacles d’animaux
* éducation et formation
* statut juridique

Nos trains de propositions sont consultables soit sur le site, soit sur le forum :

* le rapport 1000 milliards pour le climat publié avant la COP21, en novembre 2015,
* notre programme de transition écologique,
* nos propositions relatives à la question de la condition animale.

Rôle et objectifs de la Commission

La principale mission de la commission : l’enrichissement du volet environnemental du programme de Nouvelle Donne.

Les groupes de travail auront à cœur d’ancrer strictement leur démarche dans le champ d’action politique, d’identifier les problématiques légitimes et les leviers appropriés à la mise en œuvre de leur résolution. Ce travail devra être mené sans dogmatisme, dans le respect de la charte et des engagements du mouvement et de manière à garantir l’insertion de la commission dans son écosystème. Une attention constante sera portée à la connaissance et l’analyse du terrain économique et social dans lequel sera inscrit le projet environnemental et sociétal de Nouvelle Donne.

 

 


Nous contacter Fiche d’identification

Fraternité et Vivre Ensemble

 

 

La CTN “Fraternité et Vivre ensemble” aborde des thèmes que les évolutions récentes de notre société ont rendus particulièrement sensibles.

L’érosion de l’art de vivre ensemble

En effet, l’histoire de la République l’a démontré, sans cohésion nationale, sans identification à la communauté nationale, sans respect des valeurs de la République, sans volonté de vivre ensemble, sans droits et devoirs de chaque citoyen envers les autres, nous sommes soumis aux aléas, peurs et oppositions identitaires internes comme à l’importation de conflits externes.

Les haines, les rejets, les a priori naissent du repli de chacun dans son camp, des points de vue univoques qui enferment et finissent par rendre inconcevable l’idée de vivre ensemble.

…Or, précisément, l’unité nationale est mise à mal par la montée des intégrismes, des racismes et par la non reconnaissance de l’autre en soi (altérité).

Restaurer l’unité de la communauté nationale

La CTN Fraternité et Vivre ensemble s’attache à faire des propositions pour restaurer l’unité de la communauté nationale et l’adhésion à la République.

Pour construire ce bien vivre-ensemble, notre démarche de travail :

  • définira les concepts de base: Laicité, identité, Religion, Nation, Mémoire, Culture, Communauté…;
  • dressera l’état des lieux du Vivre Ensemble aujourd’hui en France ;
  • formulera des propositions pour créer une culture commune et un idéal commun qui nous rassemblent à partir de valeurs républicainesNotre ambition est d’aboutir d’ici à la fin du mois de juin 2016 à la rédaction d’un document synthétisant le fruit de ces trois exercices.

Nos documents de référence

  1. http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/736160170_ddd_rapport_droits_etrangers.pdf . Il faudrait commencer par là, respecter les droits. Cf. rapport de Jacques Toubon, le Défenseur des droits, pourtant pas un “extrémiste” mais qui porte les valeurs de la France des lumières, aujourd’hui piétinées…
  2. Génération radicale Malek Boutih http://www.boutih.fr/wp-content/uploads/2015/07/Génération-radicale.pdf
  3. Vers la guerre des identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultranationale sous la direction de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Dominic Thomas, La Découverte, mai 2016
  4. La Laïcité au quotidien, guide pratique, de Régis Debray et Didier Leschi, Folio, décembre 2015 : 38 cas pratiques soumis à examen, par ordre alphabétique de Aumôneries à Zèle (excès de), en passant par cantine scolaire et Histoire et mémoire
  5. Murmures à la jeunesse, Christiane Taubira, Philippe Rey, janvier 2016.

Nous contacter
Inégalités

 

La réduction des inégalités et la lutte contre la précarité est un enjeu majeur pour de nombreux adhérents de Nouvelle Donne (ND) dont l’urgence a été réaffirmée lors des journées d’été.

Le programme actuel de ND conduit à réduire ces inégalités mais ce n’est, à ce jour, pas suffisamment explicite. Il apparait nécessaire de disposer d’une présentation étayée de nos propositions sous l’angle de la réduction des inégalités économiques et sociales pour faciliter la diffusion de nos idées, notamment sur le rôle de l’État dans la redistribution.

Le sujet des inégalités est transversal à toutes les commissions thématiques de ND. Néanmoins, il est apparu pertinent de créer une commission spécifique afin d’analyser comment se créent les inégalités, comment les limiter et les réduire.

Ainsi, la commission thématique « réduction des inégalités économiques et sociales » a choisi de travailler sur deux axes complémentaires :

  • réfléchir à la vision de ND concernant la réduction des inégalités en exploitant les réponses des comités locaux à un questionnaire sur les inégalités inacceptables, les politiques et moyens à mobiliser pour les réduire, les actions que Nouvelle Donne doit enclencher. Cette vision sera proposée à l’assemblée des adhérents puis portée par ses membres au sein des autres commissions thématiques.
  • créer des fiches thématiques (exemple : revenus, éducation, santé, …) où seront exposés les constats actuels liés aux inégalités et des solutions pour les réduire à partir notamment d’expérimentations locales et/ou de comparaisons internationales.

Il s’agira de démontrer et expliquer les inégalités, puis susciter l’adhésion par des actions de promotion des propositions de ND en faveur de la réduction des inégalités.

L’ensemble de ces travaux pourra constituer un livre blanc thématique qui aura pour objet d’alimenter la réflexion au sein des différentes Commissions Nationales touchées par ce sujet. Il pourra aussi, après validation des futures instances de ND, être un outil de communication externe afin de valoriser nos idées novatrices et de se faire connaître du grand public.


Nous contacter Fiche d’identification

Logement Habitat

 

La CTN Logement a choisi d’ajouter la notion d’habitat dans sa dénomination, car il nous est apparu incontestable qu’une politique du logement a pour objectif, non seulement de permettre aux populations de se loger, mais aussi d’habiter, c’est-à-dire de « faire société ».

Notre ambition consiste à formuler des propositions concrètes sur le logement et l’habitat. Celles-ci s’inscriront dans la vision de transformation sociétale innovante et ambitieuse que Nouvelle Donne promeut, tout en restant simples et réalistes.

Solidarité, justice et accès au droit

Nos propositions reposent sur des valeurs de solidarité, de justice et d’accès au droit et tiennent compte des évolutions des modes de vie.

Il s’agit donc d’impulser de nouveaux modes d’habiter et d’accompagner la société vers ces changements afin de :

  • permettre à chacun d’avoir un toit adapté à son mode de vie (y compris pour les personnes sans domicile et les Gens du Voyage) et de disposer de ressources financières compatibles avec un niveau de confort raisonnable ;
  • produire des logements accessibles et abordables là où sont les besoins, en diversifiant les formes d’habitat, leurs modes de construction et de gestion ;
  • appliquer dans toutes les zones tendues la législation sur le contrôle des prix des loyers et généraliser la garantie universelle des loyers ;
  • adapter le parc de logements pour qu’il réponde aux impératifs écologiques, à la lutte contre le réchauffement climatique et la précarité énergétique, et responsabiliser juridiquement les organismes de contrôle réglementaire pour garantir le respect des normes de qualité environnementale de l’habitat ;
  • penser une politique du logement tenant compte des évolutions du travail et du vieillissement de la population, favorisant la mixité sociale, intergénérationnelle et fonctionnelle et le vivre ensemble, et organisant la création d’espaces de vie collective ;
  • mettre en cohérence l’aménagement du territoire en promouvant des services publics de proximité, des transports collectifs et des modes de déplacement doux, l’économie circulaire, les circuits courts et les commerces de proximité ;
  • lutter contre la spéculation foncière et immobilière et imposer plus justement les citoyens en actualisant les valeurs vénales et locatives des biens,Notre travail est collectif !Le dynamisme des commissions thématiques repose sur la motivation de ses membres, c’est un travail collectif, nous avons besoin de vous !

Nous contacter
Partage du temps de travail et revenu citoyen

 

Dans une société salariale, l’intégration des individus dépend de l’obtention d’un emploi. Depuis plus de 40 ans nous échouons à procurer à chacun un emploi stable (CDI), à temps plein (35 h), pérenne (43 années continues) et épanouissant. Puisque le progrès des techniques autorise toujours plus de production (même à un rythme modéré) avec moins de temps d’emploi, l’occupation de chacun 43 ans, à temps plein, n’est plus nécessaire ni même souhaitable. L’objectif de plein emploi est caduque.

Il est l’heure de créer les conditions pour que chacun puisse avoir une vie sociale intégrée, positive donc bonne pour lui et pour la société en alternant des temps d’emplois intensifs, moins intensifs et des temps d’activités (de formation, entrepreunariale dans le secteur marchand ou non) hors de l’emploi. Un revenu de base (première couche de revenu) et inconditionnel (sans condition d’âge, de sexe, d’activité…) peut être l’outil décisif pour transformer le salariat à bout de souffle et redonner une perspective d’émancipation sociale pour chacun.

Le RDB est un outil qui doit impérativement apporter un surcroît d’émancipation et une meilleure répartition des richesses et non figer les inégalités de revenus ou organiser le délitement de la protection sociale ou du droit du travail. Nouvelle Donne doit donc construire sa vision propre d’un RDB fidèle à ses valeurs.

Et puisque le manque d’emploi est la difficulté actuelle majeure rencontrée par notre société, la piste de travail que nous explorons est l’utilisation du RDB comme outil pour rendre possible un assez fort partage du temps de travail (semaine de 4 jours de 28 h) afin de permettre à la majorité de nos concitoyens de se réintégrer socialement, mais aussi de relancer notre économie en difficulté en redistribuant richesses et pouvoir d’achat vers les personnes actuellement exclues de l’emploi.

C’est pour avancer dans ce sens que nous avons décidé, au sein du Conseil Programmatique, de fusionner les CTN RDB et PTT, pour faire avancer en parallèle les deux sujets qui se complètent.

La commission « Nouvelle Donne PTT-RDB » est l’espace d’étude d’une part du partage du temps de travail (PTT) et d’autre part du revenu de base (RDB), et de construction d’une vision associant ces deux projets. Cet espace est participatif, éducatif, convivial  destiné à celles et ceux (quel que soit le niveau de connaissance du sujet) qui cherchent à s’informer sur le PTT et le RDB, à élaborer le RDB façon Nouvelle Donne pour enrichir l’offre politique du parti, à communiquer autour du RDB.


Nous contacter Fiche d’identification

Questions internationales

 

 

Dans un monde globalisé, il est désormais impossible de faire la sourde oreille et d’ignorer les problèmes et conflits qui touchent nos voisins proches ou lointains. Nous sommes tous concernés par tout ! Les valeurs qui infusent notre mouvement doivent participer au renouvellement indispensable des relations internationales et contribuer à la refonte d’un ordre ancien devenu source de conflits qui s’enracinent dans les humiliations du passé et se développent sur les frustrations du présent, entraînant désordre, chaos et violence.

La refondation d’un modèle international est rendue nécessaire par les inégalités économiques et sociales dans un contexte de mondialisation débridée, les carences de la gouvernance et de l’État de droit, la sclérose des institutions internationales et l’incapacité à prendre en compte tant les évolutions du monde du XXIe siècle que ses multiples acteurs et l’émergence de nouveaux risques.

Ce nouveau modèle devra s’appuyer sur la réaffirmation des valeurs énoncées dans le préambule de la Charte des Nations Unies qui proclame les droits fondamentaux de l’homme, la dignité et la valeur de la personne humaine, l’égalité des droits, le maintien de la justice, le progrès social et la tolérance en tenant compte des évolutions d’un monde globalisé.

Ainsi, la CTN Questions internationales fonde ses propositions sur :

  • Les droits fondamentaux des êtres humains tels qu’ils figurent dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme,
  • La solidarité et la fraternité des citoyens au sein d’un espace mondialisé, par la reconnaissance de l’altérité, la justice sociale et la dignité de tous,
  • L’État de droit et la bonne gouvernance comme critères essentiels des systèmes politiques que les peuples sont appelés à choisir librement, quel que soit le contexte historique et culturel,
  • La réaffirmation du droit international,
  • La promotion de la négociation et de la médiation,
  • La responsabilité individuelle et collective face aux désordres d’un monde interdépendant et aux dangers pesant sur les biens communs.Face à l’ampleur de la tâche, la CTN a établi une liste non-exhaustive de thèmes sur lesquels travailler :
  • Le nœud gordien du Moyen-Orient (Irak, Syrie, Libye, Turquie, Israël/Palestine, Arabie Saoudite et membres du Conseil de Coopération du Golfe, Iran, Kurdes, Daesh, etc.).
  • La Russie, retour d’une grande puissance (droit et libertés fondamentales, Ukraine et autres espaces proches, influence en Asie et au Moyen-Orient, relations avec les États-Unis et l’Union européenne).
  • L’Asie, nationalismes historiques et volontés de puissance (la Chine nouvelle puissance asiatique, relations avec les États-Unis, développement économique et présence dans les pays émergents, droits de l’Homme, Taïwan, Xinjiang, Tibet, îles Spratley, îles Senkaku-Diaoyu, compétition entre nationalismes historiques).
  • L’Afrique, le chemin cabossé (accès et exploitation des richesses, progrès et reculs de la démocratie, émergence d’une société civile, démographie et développement).
  • Les États-Unis (relations Europe/USA, protection des données personnelles, défense et rôle de l’OTAN).
  • Les migrations et les réfugiés (propositions pour le respect du droit d’asile et des conventions internationales, nécessité d’une politique européenne des migrations, politique globale d’accueil, coûts/opportunités).
  • Une réforme du système de l’ONU (propositions pour un nouvel « ordre international », une réforme pour plus d’efficacité en tenant compte des évolutions du monde depuis la Seconde Guerre mondiale et la fin de la guerre froide).
  • La finance, les marchés, la criminalité sans frontière et les traités internationaux.
  • Le désarmement nucléaire et conventionnel.

Nos productions

Nous rédigeons des textes d’analyse portant notamment sur les principaux conflits du monde actuel, ainsi que des fiches de synthèse avec des propositions en vue du programme de Nouvelle Donne.Nous produisons également régulièrement des articles diffusés via la Newsletter et le site et, en fonction de l’actualité, des communiqués de presse, afin que soient connues les prises de position de notre mouvement.Nous travaillons également avec d’autres CTN car les questions internationales concernent bien des domaines, et en priorité avec la CTN Union européenne.

 


Nous contacter Fiche d’identification

Santé

 

La CTN Santé, créée à la suite des journées d’Amiens en 2014, compte plus de 70 personnes dont une douzaine très actives. Nous travaillons  collectivement sur chacun des sujets abordés, avec des échanges préalables avec les personnes volontaires pour aborder le sujet, puis la rédaction d’un document commun, et enfin un vote de tous sur le document.

Nous considérons avec l’OMS  que “la possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain”, ce qui signifie, en ligne avec l’Observation générale n°14 (2000) des Nations Unies, le droit à prestation de soins de santé appropriés en temps opportun, mais aussi “les facteurs fondamentaux déterminants de la santé tels que l’accès à l’eau salubre et potable et à des moyens adéquats d’assainissement, l’accès à une quantité suffisante d’aliments sains, la nutrition et le logement, l’hygiène du travail et du milieu, et l’accès à l’éducation et à l’information relatives à la santé, notamment la santé sexuelle et génésique. Un autre aspect important est la participation de la population à la prise de toutes les décisions en matière de santé aux niveaux communautaire, national et international”.

Dans cette perspective, nous avons donc travaillé sur un meilleur accès aux soins médicaux sur tout le territoire en luttant contre les déserts médicaux et en nous inspirant du système d’Alsace/Moselle qui fonctionne très bien avec un remboursement à 90%, ce qui permettrait d’évoluer vers un tiers payant simplifié souhaité par les patients comme par une grande partie des médecins.
Nous travaillons aussi pour une politique citoyenne du médicament, avec des propositions pour améliorer la sécurité du médicament et ainsi éviter les trop nombreux et tragiques scandales type Mediator, pour limiter les abus de l’industrie pharmaceutique notamment en matière de prix de médicaments récents, et pour limiter les gaspillages,  en proposant une distribution à l’unité et une politique raisonnable du générique.
Nous avons aussi proposé des mesures pour mieux évaluer et contrôler les médecines alternatives, afin de protéger les utilisateurs, et en même temps faciliter leur accès, en remboursant celles qui ont prouvé leur efficacité, à l’image de ce qui se pratique aux USA.
La santé mentale est aussi au sein de notre réflexion, car c’est une préoccupation de beaucoup de nos concitoyens, avec la nécessité d’accorder une place plus importante dan le système de santé à l’utilisation et la prise en charge des psychothérapies.
Enfin une meilleure prise en charge des droits des malades et de la fin de la vie reste une de nos priorités. D’autres sujets concernant les soins seront abordés dans  les semaines qui viennent.
Nous avons aussi une réflexion sur certains facteurs déterminants de la santé, avec un important travail en cours sur la nutrition, en suivant Hippocrate qui a dit: “Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture”. Nous avons par exemple recommandé d’aller vers la production d’une  nourriture saine et accessible à tous, et nous proposons par exemple l’obligation d’introduire progressivement des aliments bio et si possibles locaux dans les cantines scolaires, ce qui  se fait de plus en plus car la santé des enfants est une priorité.
Plus généralement, nous préparons des propositions sur la promotion de la santé et la prévention en général, en insistant sur l’éducation de la population pour lui permettre de participer aux choix sanitaires, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Un autre élément important pour les Français est la sécurité sanitaire, avec en particulier la lutte contre les maladies transmissibles (Ebola, grippe porcine, SRAS et autres fléaux) et contre les pathologies liées à l’utilisation de produits chimiques, à l’exposition aux rayonnements électromagnétiques (téléphones portables…) ou simplement à notre système de santé (maladies iatrogènes). Nous travaillons à des propositions dans ce domaine à l’heure actuelle.

Enfin, le dernier domaine, cité dans le document de l’ONU ci-dessus, et cher à Nouvelle Donne, est la nécessité d’aller vers une réelle participation des citoyens aux décisions en matière de santé. Cette absence de démocratie sanitaire est à l’origine de sérieux problèmes (par exemple vaccinations) ou est simplement inacceptable, car les organes actuels de décision sont en général très administratifs. Nous préparons des propositions pour faire de notre système de santé une démocratie sanitaire, avec des méthodes modernes pour faire participer les citoyens intéressés à la gestion du système et aux décisions.

Notre CTN n’est pas réservée aux experts de la médecine ou des professions sanitaires, mais ouverte à tous car nous sommes tous responsables de notre propre santé et de celle de nos enfants.

Rejoignez-nous en écrivant à commission-sante@nouvelledonne.fr


Nous contacter Fiche d’identification

Union Européenne

 

 

 

Alors que l’Union européenne fut pensée comme un espace de coopération et de solidarité, elle n’apparaît plus aujourd’hui  que comme une structure de concurrence et de dérégulation.

L’’Europe est confrontée à de multiples blocages et crises. Crise économique (de l’euro aux politiques d’austérité en passant par les dettes souveraines), migratoire, de démocratie (populismes et basculement de pays de l’Europe centrale vers des politiques illibérales, accentuation de la fracture politique et culturelle Est/Ouest, fonctionnement opaque des institutions), institutionnelles (Brexit, remise en cause de l’espace Schengen), et de solidarité. Non seulement, ces polyfractures affaiblissent le projet européen et peuvent conduire à la « désintégration » d’un modèle prometteur mais elles  signifient la négation des valeurs sur lesquelles s’est fondée la construction européenne : tolérance, droits de l’homme, union dans la diversité, démocratie, solidarité.

Les carences sont connues : failles dans la conception de l’euro, poids de la finance et des lobbies, choix économiques erronés, absence de politique étrangère et de sécurité commune, institutions non représentatives et faisant fi des besoins et désirs des citoyens, impéritie du modèle social.

L’Europe doit réagir, avec force et rapidité, reconstruire un projet et une vision en se demandant où elle souhaite aller et pour quels objectifs. A l’heure où le projet d’Union européenne est menacé, Nouvelle Donne propose un changement de cap pour relancer un avenir commun :

  • Une politique d’accueil des réfugiés conforme au droit international, solidaire et coordonnée, véritable pacte européen de l’immigration et de l’asile ;
  • Une Europe sociale fondée sur un Traité de l’Europe sociale, promis depuis 1992, avec des objectifs ambitieux et impératifs mettant fin à la concurrence de tous contre tous, au nivellement par le bas et à la destruction des systèmes de protection sociale ;
  • Une Europe capable d’innover et de susciter un modèle économique rénové basé sur les savoirs, les connaissances, la culture et le bien être ;
  • Une Europe mettant en œuvre les réformes structurelles, règlementaires et fiscales indispensables pour réguler la finance et mettre un terme à l’opacité ;
  • Une Europe écologique, soucieuse de la planète et des biens communs, exemplaire dans ses actes et à la pointe des initiatives internationales ;
  • Une Europe citoyenne, redonnant le pouvoir à ses 500 millions d’habitants, par un renouvellement des institutions, la prise en compte des initiatives citoyennes, des listes interétatiques lors des élections européennes, une démocratie renouvelée.La position de Nouvelle Donne, qui souhaite construire un Europe des peuples pour les peuples, se veut européiste et progressiste.Nous voulons plus d’Europe, plus de solidarité et de dialogue, plus d’humanité, plus de dynamisme pour avancer et poursuivre les ambitions et l’idéal partagé  d’un avenir commun.Institutions et démocratie à l’échelle européenneUne Europe démocratique : l’échelon politique européen génère chez beaucoup de citoyens un sentiment d’impuissance, d’éloignement, alors que les décisions qui y sont prises impactent directement nos vies. Mais comment ces décisions sont-elles prises ? Quelle est la place des lobbys ? Pourquoi ne consulte-t-on pas les citoyens pour des questions majeures ? On pourra élaborer des propositions sur le rôle des différentes instances (Commission, Conseil, Parlement, Banque centrale européenne etc.), des référendums, d’une « constitution » européenne, des différents traités, le droit européen, la transparence…Peut-on concilier tant de pays si différents ?
    L’Europe d’aujourd’hui ressemble davantage à un assemblage de pays qui ont des intérêts, des niveaux de vie, des enjeux économiques, des pratiques politiques inconciliables. Comment concevoir un projet commun ambitieux qui convienne à tous ? Doit-on refonder une politique avec un noyau restreint de pays ? Que penser de la perspective d’un Brexit ?Quel projet et avenir commun ?
    Pourquoi et pour quoi l’Europe ? Quel sens donner au projet européen aujourd’hui ? De quoi l’Europe doit-elle s’occuper ? Quelle politique européenne de sécurité et de défense ? Quel pourrait être son rôle dans le monde (en lien avec la CTN Questions internationales) ?
Remettre l’économie et la finance au service des peuples : ce thème, jugé majeur, a été abordé plus succinctement, et est à coordonner avec la commission économie et finance :Une Europe où l’économie et la finance seraient au service des peuples
    Lutter contre la fraude et l’évasion fiscale, favoriser l’investissement et pénaliser la spéculation… C’est à l’échelle européenne, sans doute, que ces combats doivent être menés (à coordonner avec la CTN Économie et finance)Comment prendre en compte les migrations économiques, le dumping social, les délocalisations ? Une harmonisation sociale est-elle possible ? Faut-il relancer un Traité de l’Europe sociale ? Comment relocaliser l’économie ?Quel avenir pour l’Euro ?


Nous contacter

Devenez adhérent et participez à la conception de notre programme !

Newsletter !